samedi, 23 mars 2019
- - - - - -
  • Actualités

    Actualité de la voile, mer et insolites

  • Mouillages

    Guide des mouillages du monde

  • Cuisine à Bord

    Recettes et trucs pour la cambuse

  • Trucs et Astuces

    Truc et astuces, dossiers techniques, équipements.

  • Blogs

    Blogs de Maximum et Récits de voyages

A+ R A-
Les blogs

Les blogs (128)

Sélection de blogs sympas et interressant

Catégories enfants

Blog de Maximum

Blog de Maximum

Blog du voilier Maximum. Croisière en solitaire aller-retour de Nouméa à Bali.

Voir les éléments...
Cette nuit j'ai du changé mon cap, pour ralentir l'allure. J'ai donc fais route une partie du temps dans la mauvaise direction. Pourquoi me direz vous? Parce que, je vous répond (Lol). Bon un peu de sérieux, je n'avais pas envie de franchir la passe de "Rane island" de nuit en arrivant trop tôt. Du coup, j'ai modifié ma trajectoire pour y arriver au lever du jour. Et c'est exactement ce qui se passe. Aux premières lueurs, j'aperçois au loin le fortin de Rane island. Une petite tour qui parait-il sert de phare la nuit (pas vu). C'est vers 6H30 que je passe à coté de l'îlot. A part le phare, il n'y a rien dessus. Juste une petite végétation de surface. Il y a longtemps, des hommes habitaient là, récoltant le guano. On peux encore y trouver à l'état sauvage certains légumes qu'ils cultivaient pour améliorer leur quotidien. Cette île se trouve en plein milieu de la passe qui elle, forme une sorte de baie à l'extérieur de la grande barrière. une baie assez conséquente. Je l'ai baptisée "Baie des tortues". Je n'avais jamais vu de ma vie autant de tortues. On peux dire que dans l'eau, il y en avait une tous les 10 mètres carrés. Une tortue à l'are en quelque sorte :-) l'une regardait au loin, l'autre me passait en dessous nonchalante. Bref il y en avais partout. C'était magique!!! des centaines de grosses tortues autour de mon bateau qui me disaient bienvenue... entre ici, il ne t'arrivera rien... (Désolé, je ne les ai pas filmées, Impossible de faire des bonnes images de toute facon)

Une fois rentré dans le lagon proprement dit, le vent est tombé comme annoncé par la météo. J'en ai profité pour mettre le spi. Et grâce à lui, en suivant quasiment toujours le même cap, J'ai pu franchir la totalité du lagon en une journée. C'est vers 17H30 que j'ai du l'affaler. Le vent s'est subitement remis à souffler à 20 noeuds et le pilote n'assurait plus vraiment. La grand voile se débrouillerai bien toute seule. Quand j'étais en train d'affaler tout ça, manoeuvre pas très confortable sous pilote avec un peu de vent, des dauphins sont venus nager dans l'étrave. Mes premiers dauphins depuis mon départ. Je n'ai pas eu trop le temps de m'occuper d'eux, mais je leur jetait de temps en temps un petit coup d'oeil amical en tentant de dégonfler le spi devenu un peu trop puissant.Un fois arrivé de l'autre coté, je rejoint le chenal des cargos. D'ailleurs j'en aperçois deux passer se croisant juste devant le phare vers lequel je me dirige. Le bateau filait ses 6 noeuds, c'est assez; Je ne peux arriver à Thursday island qu'au lever du jour. Pour y accéder Il y a un toute petite passe à franchir et de surcroît à certains endroit la profondeur est juste celle de mon tirant d'eau. Il est environ 4H du matin lorsque je passe le cape York. Je m'endors plusieurs fois tout en restant vigilant au cargos qui passent. Je reste sur le coté de la route. Vers le détroit, un éclair illumine le ciel et laisse apparaitre un énorme nuage. Je n'aime pas ça, si c'est un cumulo-nimbus, c'est annonciateur de tempête et de gros grain. Pour le moment, le vent est tombé et dans le cas où ce que je vois se confirme, j'estime plus prudent d'affaler et de continuer au moteur. Le jour se lève alors que je suis à un peu plus d'une heure de ma destination. Je m'aperçois de quelque chose qui me trottait dans la tête. Lorsqu'on arrive de mer comme ça, on devient capable pendant une courte période de sentir l'odeur de la terre. Le plus remarquable c'est que chaque terre à une odeur différente. l'odeur de Cairns n'était pas très agréable, comme l'odeur d'un circuit électrique qui à chauffé. Rane island sentais le guano tout simplement. Le cap York avait une odeur boisée genre terre humide, une odeur un peu forte. Les îles du détroit quant-à-elle sentent le fruit de la passion. Oui une bonne odeur fruitée. Comme la promesse de quelque chose de bon.

Je croise un voilier qui se dirige vers le cap je ne vois personne à la barre. Comme je l'ai dit tout à l'heure, je dois franchir un petite passe pour accéder aux îles du détroit du nom de Hovell Bar. Elle est très bien marquée par plusieurs bouées. Le problème et que chaque carte consultée montre une configuration différente tantôt deux, trois voir quatre bouées. Depuis mon départ c'est l'étape qui me fait flipper le plus. Il faut absolument que je le passe correctement. A cet endroit les courants peuvent atteindre plusieurs noeuds comme dans tout le détroit d'ailleurs. Et par moment la profondeur peut descendre en dessous de deux mètres. Dans mes calculs, j'ai pris en compte le marée et je passe l'endroit à un petit étale de marée haute. fingers in the noze. Ca se passe sans problème. En fin de compte il y avait quatre bouées. J'indiquerai dans une rubrique annexe comment faire. Voila j'y suis j'aperçois au loin le port de Thursday Island. Ce n'est pas là que je vais mouiller mais en face: Horn Island. Le mouillage y est plus protégé et tout le monde déconseille celui de Thursday. Ca va il n'y a pas trop de bateau et je me trouve sans problème une petite place. Je ne range rien et aprés avoir vérifié la tenue de l'ancre, je rentre dans le bateau et je dors... Je me réveille en début d'après midi. Le bateau à bougé un peu et le vent s'est levé. Je lance sur le GPS "la sécurité mouillage" qui m'indique si le bateau dérive un peu trop. Une heure plus tard l'alarme se déclenche et au regard de ma position, il vaut mieux recommencer. Ce que je fais sans trop de problèmes même tout seule. C'est une des satisfaction du solitaire. On arrive à faire seule simplement des choses qui d'ordinaire sont compliquées à plusieurs. Bon J'ai bien mérité un bon petit repas et un petit film. une soirée tranquille quoi. Ca faisait longtemps...
...
En savoir plus...
Publié dans Blog de Maximum Écrit par TPL_OT_K2_DATETIME 06 Nov 2008 Publié dans Blog de Maximum 0 TPL_OT_K2_COMMENTS
Ca fait maintenant quelques jours que je me suis installé dans Fannie Bay. Malheureusement je suis arrivé un peu tard à Darwin et c'est juste le début de la saison humide : "The wet" comme ils disent ici. Pendant la saision sèche ("The Dry") la baie est relativement bien protégée. Ce n'est plus du tout le cas maintenant, et le bateau est la plupart du temps exposé au vents de secteur ouest venant quasi-directement du large. Je décide donc de partir demain matin pour essayer un autre mouillage qui m'a l'air beaucoup plus sur. Demain, je disais, c'est un mot que je vais regretter toute la nuit. En effet le vent s'est mis forcir en fin d'après-midi pour atteindre 20 noeuds toute la nuit. Le pauvre Maximum est exposé à un houle qui dépasse quelques fois 1,50m. Il danse face au vague et moi à l'intérieure j'ai vraiment les boules. Pourvu que le mouillage tienne...
En savoir plus...
Publié dans Blog de Maximum Écrit par TPL_OT_K2_DATETIME 21 Nov 2008 Publié dans Blog de Maximum 0 TPL_OT_K2_COMMENTS
Le vent s’établi maintenant au dessus de 25 Nœuds et la mer se forme à l’avenant. La fatigue commence à se faire sentir et lorsque l’anémomètre atteint les 28 Nœuds, je me mets prier pour que cela redescende un peu. Mais malgré la légère peur qui m’étreint, je sais qu’on fini par s’habituer à tout. J’aimerais tout de même que cela s’arrête de progresser. Anyway, le baromètre reste haut et ça me rassure.
En savoir plus...
Publié dans Blog de Maximum Écrit par TPL_OT_K2_DATETIME 10 Juil 2009 Publié dans Blog de Maximum 0 TPL_OT_K2_COMMENTS
Après avoir re-sorti le bateau et contrôlé convenablement l'hélice, je suis parti vers Thursday Island, bille en tête. Tout à bien commencé. Ca souffle mais bon, ça change pas. Des fois j'aimerais bien avoir un 10-15 noeuds toutes voile dehors. Pour l'heure c'est 25 noeuds. Je dépasse sans peine un voilier avec mes 2 ris dans la grand voile. C'est trop cool, enfin j'arrive à quitter Cairns. C'est pas trop tôt. J'approche de la passe de sortie quand je regarde mon pilote lâcher la barre. L'ergot en inox qui le maintient accroché à celle-ci vient de casser net. Du coup je me mets à rire. C'est la seule chose qui avait tenu bon sur ce système. En fait je crois qu'il n'a tout simplement pas été conçu pour être autant sollicité. Mais ça en fait, c'était rien. Et je crois avoir fait cette fois-ci la gaffe qui a failli me coûter mon voyage voir plus. Une fois le problème de la barre constaté, je prends la décision de retourner à Cairns pour réparer. C'est la meilleur chose à faire. Donc demi tour, au près serré cette fois ci. La gîte est de mise bien entendu. Il y a 25 Noeuds de vent tout de même. Il y a une semaine une copine est venu dormir au bateau et je ne m'étais pas aperçu qu'elle avait ouvert le hublot arrière tribord du bateau. Justement du bon coté pour la gîte d'aujourd'hui. Qui dit hublot ouvert dit voie d'eau, même grosse voie d'eau. Comme je n'ai pas de pilote je reste à la barre sans regarder à l'intérieur jusqu'à mon arrivée à Cairns. C'est en m'apprêtant à rentrer à la marina, une fois les voiles affalée, que je me suis aperçu de l'ampleur de la catastrophe. 10 cm d'eau dans tout le bateau et surtout le compartiment des batteries et le compartiment du compresseur du frigo noyé sou l'eau. J'ai passé la journée à nettoyer et surtout à réparer les dégâts. Heureusement que je suis féru d'électronique.  J'ai démonter le compresseur, tout contrôlé et tout remonté. J'ai du réparer à coup de soudure mon chargeur de batterie et divers connecteurs électriques dont celui de mon GPS/Traceur. Vers 21H en contemplant l'ampleur du travail effectué, Je me suis dit que je m'en sortait pas trop mal. Tout était en état de marche. Je me suis couché épuisé mais tout de même, malgré ma bêtise, content de moi.

En savoir plus...
Publié dans Blog de Maximum Écrit par TPL_OT_K2_DATETIME 29 Oct 2008 Publié dans Blog de Maximum 0 TPL_OT_K2_COMMENTS
Le vent est remonté et doit avoisiner les 35 noeuds. par moment les vagues sont très grosses (+/- 5 mètres). Une légère peur commence à me gagner, vas-t-en savoir pourquoi. Pourtant tout à l'air de se passer sans problème. Alors que j'étais à l'intérieur, un énorme bruit a retenti. Une vague vient de frapper le bateau juste en dessous de la ligne de flottaison. Le bruit était assez impressionnant mais rien d'effrayant. En fin de matinée une autre vague est venue me percuter a peu prés au niveau de la ligne de flottaison. Le bruit à été énorme. J'ai cru sur le coup que j'avais heurté quelques chose, genre morceau de bois. Je suis sorti et je n'ai rien constaté de grave. Je suis retourné à l'intérieur. J'étais devant ma table à carte imaginant la taille de la vague qui venait de me percuter en me disant que c'était la première fois que je me confrontais à une telle houle. Je me rappelait Zou qui me disait : "prend des planches de la taille de ton plus gros hublot au cas ou la mer en casserai un". J'avais simplement oublié son conseil et j'étais en train de me dire qu'elle avait peut-être raison quand ...
... quand LA vague est arrivée. le bruit de la précédente n'étais rien. Celle là a frappé le bateau sur toute sa longueur et sur toute sa hauteur passant par dessus lui. Le bruit qu'elle à fait ressemblait, du moins je le suppose, à un tremblement de terre. Le bateau s'est renversé du coté bâbord. Toutes les armoires se sont ouverte du coté tribord et le contenu du bar s'est déversé sur moi. Comme dans les films. Je crois être resté 30 secondes bouche bée entouré de gobelet, d'assiettes, de tasse, ... Je suis sorti dehors en m'attendant au pire. Le pilote était bien en place, la voile aussi. Rien de cassé. Ah si, un cagnard a été arraché par la force de l'eau. Rien de grave .... Bon ben pour le moment je vais reprendre la barre. Je met "Oloff" en vacance jusqu'à ce soir.
En savoir plus...
Publié dans Blog de Maximum Écrit par TPL_OT_K2_DATETIME 14 Oct 2008 Publié dans Blog de Maximum 0 TPL_OT_K2_COMMENTS

C'est très tôt, à 4H du matin que nous faisons une première tentative et malgré le moteur à fond, nous reculons de 3 Noeuds !!! Une deuxième tentative est effectuée à la fin de la marée montante. Le but est de franchir le premier cap du mouillage de Lembongan et de rejoindre ainsi un cône au nord des deux îles où le courant est toujours beaucoup moins fort. Il nous a fallu près d'une heure pour le franchir et nous avançons maintenant voile et moteur à prés de 4 noeuds :-)

Normalement nous devrions traverser immédiatement vers Lombok et ensuite longer la côte jusqu'à notre mouillage. Mais je tente ma chance en effectuant une diagonale directe vers les Gilis (petites îles au nord de Lombok). Je profite du courant relativement faible de la marée descendante et d'un vent arrière assez fort. Cette option s'avère payante et nous arrivons à notre mouillage : "Teluk Narat" en début de nuit. Des corps mort y sont disonibles au prix de 40000 Rp/ j. Jeter l'ancre y serait difficile dans plus de 20m de fond.

 

Guide des mouillages

En savoir plus...
Publié dans Blog de Maximum Écrit par TPL_OT_K2_DATETIME 13 Mai 2009 Publié dans Blog de Maximum 0 TPL_OT_K2_COMMENTS