samedi, 23 mars 2019
- - - - - -
  • Actualités

    Actualité de la voile, mer et insolites

  • Mouillages

    Guide des mouillages du monde

  • Cuisine à Bord

    Recettes et trucs pour la cambuse

  • Trucs et Astuces

    Truc et astuces, dossiers techniques, équipements.

  • Blogs

    Blogs de Maximum et Récits de voyages

A+ R A-
Les blogs

Les blogs (128)

Sélection de blogs sympas et interressant

Catégories enfants

Blog de Maximum

Blog de Maximum

Blog du voilier Maximum. Croisière en solitaire aller-retour de Nouméa à Bali.

Voir les éléments...

Le vent tombe peu à peu et j'ai l'impression de me traîner, mais je continue à la voile. Je pense que demain, je suis bon pour mettre le moteur. Si tout va bien en fin de nuit je devrais entrer dans le détroit de Clarence. Il se situe entre la terre est une grande îles appelée Melville Island. Deux point importants si trouvent : Le Cap Don et le Cap Hottam . Les courants sont très forts dans le détroit et pour ne pas trop avoir d'ennuis et arriver sans trop de peine à Darwin, il faut franchir le Cap Don 4H30 avant la marée haute de Darwin et Franchir Le cape Hottam 4H30 après la marée haute. J'ai plus ou moins calculé et ça devrais être bon pour demain.

En savoir plus...
Publié dans Blog de Maximum Écrit par TPL_OT_K2_DATETIME 16 Nov 2008 Publié dans Blog de Maximum 0 TPL_OT_K2_COMMENTS

Aujourd'hui, le vent s'est calmé, enfin il souffle tout de même ses 25 noeuds. J'avoue qu'au bout de trois jours, j'aimerais maintenant quelques instants de calme plat. Le bateau qui bouge tout le temps comme ça, c'est fatigant. La journée se passe comme ça sans plus d'événements. Je laisse le pilote à la barre. Ce qui est certain c'est que le couple d’éolienne (Aerogen 6) + pilote électrique (Raymarine 4000) même sur un bateau sportif comme Maximum, ça fonctionne très bien. L'éolienne me laisse même assez d'énergie pour refroidir le frigo et tenir mes bières au frais :-). Une ou deux bières par jour, ça ne peut pas faire de mal. C'est donc une belle journée pour bouquiner  et faire un peu d'ordre dans le bateau. J'ai une petite entrée d'eau et je crois que ça vient encore de la jupe arrière. J'avais pourtant refait l'étanchéité avant de partir. Je suis obligé d'éponger 5 litres par jour dans les fonds. Ce genre de truc n'est jamais vraiment confortable. Ça contribue à augmenter l'humidité à l'intérieur du bateau. L'humidité, c'est le grand ennemi. Elle finit par enlever tout confort à bord et par la même augmente la fatigue de l'équipage, c'est-à-dire moi.

En savoir plus...
Publié dans Blog de Maximum Écrit par TPL_OT_K2_DATETIME 11 Oct 2008 Publié dans Blog de Maximum 0 TPL_OT_K2_COMMENTS

départ, tôt le matin, Je suis un bateau allemand. On fait un peu la course et je le rattrape sans problème ... Vive maximum ! D'abord je crois qu'il prend le même chemin que moi pour se diriger vers le passage de Bramble Kay. Mais non, il faisait un détour pour partir vers l’océan indien. Moi je continue et me retrouve en plein mascaret.. C’est très désagréable vu que le vent est debout et que comme prévu il dépasse déjà les 20 Nœuds. Je ne crois pas pouvoir arriver a temps à l’entrée du passage qui traverse la grande barrière vers Rain Island. Me voilà donc à louvoyer à l’intérieur du canal formé par la grande barrière de corail et le continent australien. Au départ je voulais passer la nuit mouillé sur Wyborn Reef et attendre le petit matin pour continuer ma route à travers les récifs. Mais j’y arrive trop tard et je ne me risque pas à essayer de jeter l’ancre dans un endroit inconnu la nuit. Je passe donc ma première nuit en nav à l’intérieure de la barrière en ne dormant que d’un œil, ce qui est tout à fait possible.

En savoir plus...
Publié dans Blog de Maximum Écrit par TPL_OT_K2_DATETIME 01 Juil 2009 Publié dans Blog de Maximum 0 TPL_OT_K2_COMMENTS

Le vent était retombé ce matin mais il remonte vite et je suis revenu à une configuration 2 ris+n°3. Je navigue maintenant entre deux îles indonésiennes : Sumba et Pulau Sumbawa. Depuis mon départ j'ai croisé pas mal d'objet flottant. La plupart du temps ce sont des troncs d'arbre et des déchets végétaux. Il y a quelques jours j'ai même vu passer pas loin un fût de 200 litres. A chaque fois on se dit qu'on a de la chance de ne pas les rencontrer directement. Mais aujourd'hui c'est le top. A une centaine de mètres du bateau, c'est une cuve métallique qui flotte. elle doit bien faire ses 8 mètres par 2. Si jamais je croisais ce genre d'objet la nuit, il ne me resterai plus qu'à abandonner le navire. Au loin je vois un front arriver et je me dis que si c'est comme d'habitude. Ca ne devrais pas poser de problèmes. J'espère que celui-là me donnera un vent favorable. En fait, chaque front annonce un changement de vent. C'est une sorte de roulette. Donc j'y vais sans trop de peur. Il n'a pas l'air d'être plus effrayant que les autres. Une fois sous la barre de nuages, le vent se met à monter. Jusque là, rien d'extraordinaire. Mais cette fois il a l'air de ne pas vouloir s'arrêter de monter. 20, 25, 30, 35, 40, 50 noeuds. Je suis beaucoup trop toilé et peut être à cause de la fatigue, j'ai un instant d'hésitation avant d'affaler. Je me dit que comme d'habitude ça va finir par retomber. Et en effet ça retombe un peu 35,40 noeuds. C'est un coup de vent. Je parie que c'est Billy. D'après les stats, c'est possible. Auquel cas, je me suis peut-être un peu trop rapproché du cyclone. La mer s'est déchaînée d'un coup. Une grosse houle en crête soulève l'étrave de Maximum et le fait pencher en même temps qu'une grosse rafale le couche presque sur la mer. Le coté tribord s'enfonce dans l'eau qui arrache un de mes cagnards et emporte mon sac de plongée que je vois s'en aller au loin. Le bateau se redresse. Je réagit enfin et je vais vite à l'avant affaler le génois. Heureusement que je porte mon harnais en permanence parce que là j'en ai vraiment besoin. Je range vite le n°3 en boule et le remplace par la voile tempête. Même dans cette configuration je suis encore limite. Je vais peut-être prendre un ris supplémentaire. A ce moment je pense sérieusement à faire demi tour et a aller me réfugier prés de Flores. Mais non, Bali n'est plus très loin et je ne veux pas rater mon fils. En regardant le cap, je comprend que je n'ai plus besoin de serrer le vent et un bon plein suffit à rejoindre ma destination. Le coup de vent se transforme donc en aubaine. Je cap directe vers Bali a plus de 7 noeuds. Le mauvais temps va se prolonger jusqu'au petit matin et m'a permis de parcourir un bon nombre de miles droit vers mon but: Mon fils.

En savoir plus...
Publié dans Blog de Maximum Écrit par TPL_OT_K2_DATETIME 01 Jan 2009 Publié dans Blog de Maximum 0 TPL_OT_K2_COMMENTS

Un petit peu de vent me permet de me remettre en route. Je me rappel que dans la soute à voile j'ai un génois numéro 1 qui ne m'as pas beaucoup servi en Nouvelle Calédonie. C'est une voile en Kevlar-Mylar, elle est donc très légère mais aussi assez fragile. Elle a un rendement formidable et me permet de faire presque 5 noeuds au prêt en permanence avec un vent de 12 noeuds maximum. Je suis trop content et me re-voila optimiste quant à mon arrivée à Bali à temps.


En savoir plus...
Publié dans Blog de Maximum Écrit par TPL_OT_K2_DATETIME 26 Déc 2008 Publié dans Blog de Maximum 0 TPL_OT_K2_COMMENTS